Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Corso, chasseur de livres
  • Corso, chasseur de livres
  • : Les œuvres, livres, textes, films, lieux, oubliés, méconnus, remarquables ou rares.
  • Contact

© Textes et Images

Les  textes, articles et images de ce blog ne sont pas libres de droits.  Si vous désirez les utiliser ou les reproduire, merci de prendre contact avec moi.

Recherche

 

"Le petit Poucet les laissait crier, sachant bien par où il reviendrait à la maison, car en marchant il avait laissé tomber le long du chemin les petits cailloux blancs qu'il avait dans ses poches." Charles Perrault

Archives

19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 21:09

Ce blog sur les livres aurait pu prendre un titre plus explicite mais ce sont les petits cailloux blancs du petit Poucet qui se sont naturellement imposés à mon esprit. Comme un retour à la maison, à l’enfance et à l’écriture.
 
La pierre et l’écrit ont toujours fait bon ménage dans l’histoire du livre, avec la lithographie notamment. De nos jours, les livres sont devenus de vulgaires cailloux qui s’entassent sur les tables des librairies et que l’on jette au bout de 3 mois comme une denrée périssable. Pourtant, si le libraire voulait bien arrêter, un instant, de rouler éternellement le même rocher sur la même pente, il mettrait fin à son supplice de Sisyphe. En prenant moins de distance ou de hauteur selon le cas, il découvrirait au milieu de son tas de cailloux quelques pierres précieuses qui ne demandent qu’à luire dans les yeux de celui ou celle qui les lit.
 
Petits cailloux blancs que l’on sème derrière soi pour retrouver son chemin ou indiquer la voie, galets qui ricochent sur la masse immobile de l’eau, gravillons qu’on lance sur les volets des amoureuses pour attirer leur attention, cailloux de la révolte qui volent dans les airs, les livres sont tout cela à la fois.
 
Je pense tout particulièrement à mon grand-père, Paul, qui m’a donné le goût de la lecture et des livres. Autodidacte, il dévorait les livres, les reliait et cultivait aussi son jardin. Inlassablement, il le dépierrait et, parfois, mettait de côté une pierre de forme ou de couleur singulière qu’il me confiait.
 
Aujourd’hui, grâce à mon ami Serge que je remercie pour l’habillage de ce blog, je continue la route de mon grand-père. Pierre après pierre.


Partager cet article

Repost 0
Published by Corso - dans Généalogie
commenter cet article

commentaires

gigi 24/06/2007 08:25

A lire aussi cher Cédric Journal d'une femme à Berlin...J'ai oublié de t'en parler..C'est fort...
Je recommande ton site à toutes mes amies "écrivantes"...
Et surtout n'oublie pas Martin Eden livre que tu m'as offert et qui désormais me hante...j'en parle, parle....

Gaelle 22/06/2007 20:47

Enfin !! J'attendais moi en silence que tes doigts retrouve l'envie et la passion de caresser une plume. Je te suivrais du mieux que je pourrais dans cette quête qui est tienne.
Je te souhaite une longue belle marche avec tes cailloux blancs

Corso 21/06/2007 20:43

Merci à toutes et tous pour vos encouragements. Il y aura bien sûr des coups de gueule ;)
Il est fort possible qu'on y parle de l'Isère et certain que je parlerai de Martin Eden de Jack London.

Louis 20/06/2007 23:28

Salut Corso

Merci pour ton message sur mon blog. Il ajoute une peu de finesse aux propos orduriers qui ont fait suite à l'article paru dans LivresHebdo. En effet, je suis originaire de Grenoble, ville de naissance et de coeur, que j'ai quitté voilà plus de 9 ans. Longue vie à ton blog prometteur. Excellent choix que celui du personnage Corso, tiré de ce bon roman et de sa non moins passionnante adaptation au cinéma.

Louis (le blog du libraire contemplatif)

Annabelle 20/06/2007 20:12

Je suis ravie de pouvoir suivre tes petits cailloux, je trouve ton idée formidable. Je me ressource moi aussi dans les livres et le jardin. D'autres valeurs que travail, travail...
Un mot pour ton ami Serge, l'habillage du site est superbe.