Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Corso, chasseur de livres
  • Corso, chasseur de livres
  • : Les œuvres, livres, textes, films, lieux, oubliés, méconnus, remarquables ou rares.
  • Contact

© Textes et Images

Les  textes, articles et images de ce blog ne sont pas libres de droits.  Si vous désirez les utiliser ou les reproduire, merci de prendre contact avec moi.

Recherche

 

"Le petit Poucet les laissait crier, sachant bien par où il reviendrait à la maison, car en marchant il avait laissé tomber le long du chemin les petits cailloux blancs qu'il avait dans ses poches." Charles Perrault

Archives

27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 11:00

A quelques centaines de mètres des rues étroites d’Omonville-La-Petite (Manche), au creux des vallées, se niche, au Hameau Fleury, l’église du XIIIe siècle dédiée à Saint-Martin.
 
Son petit cimetière attenant abrite la tombe du poète Jacques Prévert (1900-1977) qui a habité cette commune durant les dernières années de sa vie.
 
En cette trentième année de sa disparition, nombreux sont les lecteurs anonymes qui viennent lui rendre un hommage silencieux et respectueux en déposant sur sa tombe des coquillages et des petits cailloux de couleurs.
 
Il repose là auprès de sa femme, sa fille et de son ami décorateur de films Alexandre Trauner.

Repost 0
Published by Corso - dans Lieux
commenter cet article
26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 06:06
 
 
En partant d’Utah Beach, en suivant les bornes de la Voie de la Liberté 1944, on arrive à Sainte-Marie du Mont (Manche).
 
Le 31 août 1908, il y a bientôt 100 ans, y naissait Paul-Jacques Bonzon.
 
Il fut le créateur de la célèbre série jeunesse « Les Six Compagnons » dans la Bibliothèque Verte des éditions Hachette mais aussi de la série « La Famille HLM » (Bibliothèque Rose), de « L’Eventail de Séville » (adapté à la télévision), de nombreux autres titres pour la jeunesse et de manuels de lecture.
 
« Nul n’est prophète en son pays » dit le proverbe. Alors que cet auteur-instituteur vivra jusqu’à la fin de sa vie dans la Drôme où plusieurs écoles et rues portent son nom, qu’un site Internet et un forum très actif lui sont consacrés,
 
Paul-Jacques Bonzon reste à Sainte-Marie du Mont comme le vitrail de son église : un témoignage lumineux du passé qu’il faut bien chercher pour le trouver.

Repost 0
Published by Corso - dans Lieux
commenter cet article
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 00:21
 
 
Au Mont Saint-Michel, la tête pleine de « La Promesse de l’ange », superbe roman de Frédéric Lenoir & Violette Cabesos, je m’attendais à ressentir la même émotion qui m’avait étreint à la lecture de l’histoire d’amour de Roman le moine bâtisseur et de Moïra la descendante des Celtes.
 
Certes, ce Mont normand est bien une des merveilles de l’Occident qu’il faut avoir vue une fois dans sa vie mais chaque visiteur emporte avec lui une parcelle de vibration, d’émotion et finit par déposséder le Mont de son âme.
 
Dans son très beau livre posthume « Laisse pleurer la pluie sur tes yeux » (publié en 1987 et épuisé), la regrettée Valérie Valère écrivait déjà : 
 
« Tu as choisi le Mont Saint-Michel mais ce n’était pas ses rues, ses boutiques, ses cloîtres et ses vitraux que tu désirais voir, non… A travers les lieux, à travers les villes nous ne cherchons que les reflets de nos regards, que les gestes inconnus du corps de l’autre, que ses paroles irréelles et les images qui passent dans ses pensées… Ce ne sont pas les choses qui nous font vivre, ce ne sont pas les pierres qui nous donnent l’amour dont l’appel résonne en nous comme un cri. Par-delà les monts, les tours, les chapelles et les remparts se cachent les êtres, et c’est en eux que nous puisons l’or de la vie ».

Montsaintmicheljuillet2007.jpg
 
Accroché au chœur de l’Abbaye, un bateau dans le ciel attirait mon attention. Depuis combien de temps était-il là et quelle était sa signification ? Au vu des très nombreux et très respectueux touristes japonais qui viennent ici, je me suis demandé si les créateurs de la série télévisée San Ku Kaï ne s’en étaient pas inspirés dès 1978 pour créer l’Azuris, le vaisseau spatial en forme de navire de la Princesse Eolia…Renseignements pris, l'Azuris fait allusion au bateau d'un groupe de divinités shintoïstes qui vogue dans l'univers pour apporter le bonheur aux hommes.

Repost 0
Published by Corso - dans Lieux
commenter cet article
24 juillet 2007 2 24 /07 /juillet /2007 10:34
 
 
Philip K. Dick a écrit avec « Le Maître du Haut-Château » une remarquable uchronie. Il imagine que les Alliés ont été vaincus par les forces nazies en 1945. Avait-il eu connaissance de ce communiqué, de la main du Général Dwight D.Eisenhower, qui avait tout prévu en cas d’échec ?:
 
« Notre débarquement dans la région de Cherbourg et du Havre ne nous ayant pas permis de nous implanter durablement en territoire hostile, j’ai dû prendre la décision d’ordonner la retraite des troupes engagées. Ma décision d’attaquer à cet endroit et à ce moment précis était soutenue par les meilleurs renseignements possibles. Les troupes, l’aviation et la marine ont fait tout ce que la bravoure et le sens du devoir leur permettaient d’accomplir. Je suis la seule et unique personne qui puisse être blâmée ou incriminée pour cette tentative malheureuse. J’en assume seul la responsabilité. »
 
Heureusement, parfois, la science-fiction n’anticipe pas l’avenir.
 
Repost 0
Published by Corso - dans Curiosités
commenter cet article
23 juillet 2007 1 23 /07 /juillet /2007 17:08

Dans l’Allier, au cœur du Pays de Tronçais, entre Moulins et Montluçon, l’amateur de littérature trouvera paysages et maisons d’écrivains qui feront son bonheur.
 
Outre le Musée-Ecole (de la fin du XIXe siècle) du Grand Meaulnes d’Alain-Fournier à Epineuil le Fleuriel, le Musée Emile Guillaumin à Ygrande au cœur du Bocage Bourbonnais, il faut à tout prix s’arrêter à Cérilly au n°5 de la rue Charles-Louis Philippe.
 
A quelques pas de la mairie, en direction de la gendarmerie, on découvre une petite maison qui, de l’extérieur, ne paye pas de mine, comme encastrée, compressée entre les autres bâtisses. Un simple frontispice en pierre précise « Maison Natale de CHARLES LOUIS PHILIPPE ECRIVAIN 1874-1909 ». 

 
Une fois les quelques marches du perron gravies, vous entrez dans un lieu où l’expression « maison natale » prend tout son sens, tant ce petit musée est riche de souvenirs exposés. Du vieil escalier en bois, en passant par la chambre avec son ancien carrelage, son mobilier et la fenêtre donnant sur la petite cour, l’atelier de sabotier de son père, tous les objets personnels de l’écrivain côtoient les manuscrits. De nombreux panneaux muraux, très détaillés, racontent l’enfance de Charles-Louis Philippe à Cérilly à partir de photos originales, de souvenirs de famille, cahiers d’écolier, diplômes, bulletins scolaires, photos de classe, tableaux, eaux-fortes d’André Dunoyer de Segonzac, lettres d’écrivains et objets du quotidien.

 
Mais qui était Charles-Louis Philippe ? Un aristocrate ? Un bourgeois ? Sans l’ouvrage de Michel Ragon, « Histoire de la littérature prolétarienne », je ne l’aurais jamais découvert malgré mes études dites « littéraires », mes professeurs tant agrégés et mon métier de libraire.
 
Fils d’un sabotier et d’une journalière, il naît à Cérilly sous le nom de Louis Philippe. A 7 ans, il est atteint d’une ostéite maxillaire mal diagnostiquée qui lui laissera une cicatrice et le blessera dans ses chairs et son âme. De petite taille, il n’est pas moins un enfant enjoué et précoce. Boursier au Lycée de Montluçon, il prépare le bac moderne scientifique, passe en maths spéciales au Lycée de Moulins pour préparer Polytechnique. A 19 ans, il découvre la poésie moderne avec Marcel Ray. Après ses échecs successifs à Polytechnique et Centrale, il compose des poèmes et écrit à Mallarmé et René Ghil. Ce dernier le fait publier dans des revues belges. A 21 ans, il tente sa chance à Paris et publie dans la revue « L’Enclos » mais revient à Cérilly, où désœuvré, il ne peut concilier ses origines et ses aspirations littéraires. Entré à l’administration du Département de la Seine à 22 ans, il abandonne la poésie pour la fiction et se lie avec un nouveau voisin de Cérilly : le jeune Jean Giraudoux. En 1897, il publie à compte d’auteur « Quatre Histoires de pauvre amour » puis « La Bonne Madeleine et la Pauvre Marie ». Il se rapproche d’André Gide et publie en 1900 « La Mère et l’Enfant » qui connaît un vrai succès d’estime. En 1901, « Bubu de Montparnasse », inspiré par son aventure avec une jeune prostituée qu’il veut sortir du trottoir, est très bien reçu par la critique et le public. En 1902, il publie « Le Père Perdrix », 29 chroniques dans l’hebdomadaire satirique « Le Canard Sauvage » en 1903 et rate le premier Prix Goncourt. Après la publication en 1904 de « La Vie d’un Simple » de son voisin Emile Guillaumin qu’il rencontre en vacances, il rate à nouveau le Prix Goncourt pour son roman impressionniste « Marie Donadieu ». Il écrit « Croquignole » en 1906, roman parisien sur les bureaux administratifs et l’amitié qui rate encore le Goncourt ! L’année suivante, à la mort de son père, il commence un livre sur lui : « Charles Blanchard » qu’il ne terminera jamais. Il publie dans le tout premier numéro de la « Nouvelle Revue Française » (nrf) ce qui fait de lui un de ses pères fondateurs. D’une santé chancelante, une fièvre se transforme en typhoïde puis en méningite qui l’emporte le 21 décembre 1909 à Paris. Enterré dans l’ancien cimetière de Cérilly, un superbe buste de Bourdelle veille sa tombe.
 
Grâce au dévouement d’André Gide, de nombreux volumes posthumes sont publiés et permettent ainsi au public de découvrir son œuvre originale et moderne. Celle-ci dépeint avec tendresse la vie des pauvres gens que sont les artisans, paysans et employés. De ce fait, Charles-Louis Philippe peut à juste titre être considéré comme l’initiateur de la littérature « populiste ».
 
Depuis 1937, Eugène Fasquelle, Gaston Gallimard, André Gide, Emile Guillaumin, Henry Poulaille et tant d’autres figurent sur le tableau des bienfaiteurs de son musée.
 
Georges Brassens écrivait de lui : « J’aime bien Charles-Louis Philippe. J’ai à peu près tous ses livres (…) qui sont de petits chefs-d’œuvre. Dommage qu’il n’ait pu écrire davantage… ».
 
 
Musée Charles-Louis Philippe ouvert du 1er mai au 31 octobre, de 15h à 18 heures (Samedi, dimanches et jours fériés toute l’année sur rendez-vous auprès de la mairie).
Tarifs : 2.50 euros (adulte), 1.50 euro (tarif réduit).
 
Prévoyez de la monnaie ou un chéquier car on trouve ses ouvrages à la vente, même certains titres épuisés !
 
Repost 0
Published by Corso - dans Lieux
commenter cet article
7 juillet 2007 6 07 /07 /juillet /2007 07:07
RomainGaryJeanSeberg.jpg

Photographie (D.R.) issue de ma collection personnelle.
 

« Souvent, avant de m’endormir, je voyais ma mère entrer dans ma chambre. Elle se penchait sur moi et souriait tristement. Puis elle disait :
- Lève les yeux…
Je levais les yeux. Ma mère demeurait penchée sur moi un long moment. Puis elle m’entourait de ses bras et me serrait contre elle. Je sentais ses larmes sur mes joues. »
 
Romain Gary, La promesse de l’aube (Editions Gallimard, 1960)
 
Cette photo originale, que j’ai achetée sur Internet, a servi à illustrer un article de presse le 8 septembre 1970 : « Jean Seberg et Romain Gary attaquent en diffamation l’hebdomadaire américain Newsweek ». Suite à une information diffusée dans la presse de l’époque, et qui violait sa vie privée, l’actrice avait perdu l’enfant qu’elle attendait.
 
Emouvants regards. Celui de Jean Seberg sur son mari. Romain Gary levant les yeux comme l’aimait tant sa mère.
 
Dans un cadre, toujours près de moi, je lève souvent les yeux vers eux.

Repost 0
Published by Corso - dans Images
commenter cet article
4 juillet 2007 3 04 /07 /juillet /2007 21:17
C--dric.jpg

Au début, il y a toujours une première lecture, un premier livre que l’on trimballe avec soi, dans sa tête ou ses cartons.
 
Celui-ci a vécu, comme sa couverture craquelée en témoigne !
 
Sous une couverture souple en couleurs, de format 18,5 cm x 25 cm, 16 pages, « Cédric parisien du bord de mer » est l’œuvre, textes et illustrations, d’Eliane Huyghes. Publié au 2ème trimestre 1976 par les éditions Egé (23, rue Chalopin, 69007 Lyon), n°67 de la collection « Nos Vertes Années », cet album était vraisemblablement une publication de presse car on remarque le logo MLP (Messageries Lyonnaises de Presse) en 4e de couverture.
 
Cédric est un petit parisien qui, tous les ans, vient en vacances chez son Pépé et sa Mémé, au bord de la mer. Mais ce petit-fils de marin a peur de la mer et des bateaux. Sa grand-mère, dont le chat trône toujours au sommet de l’armoire, décide de lui tricoter un pull de vrai marin. Il enfile le pull, un ciré jaune, des bottes, un bonnet et rejoint son grand-père sur le port. Là, un vieux pêcheur lui raconte tous les trésors de la mer et son grand-père lui révèle son secret. Il y a très longtemps, sur la plage, il a trouvé un très beau coquillage magique qui lui chante la mer à l’oreille. Cédric comprend alors que la mer est merveilleuse lorsqu’on la connaît bien et saute sur le bateau de son Pépé pour pêcher avec lui.
 
Ce livre, qui ne coûtait que 6 Francs à l’époque, a une valeur inestimable aujourd’hui, à mes yeux.

Repost 0
3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 10:17


A l'approche des grandes vacances, les compositeurs et les maquettistes sont un peu distraits.

J'avais acheté ce livre été 2006, avant que cette édition ne soit retirée de la vente.

Pourquoi? Cherchez l'erreur! Le gagnant sera le premier qui indiquera la bonne réponse dans les commentaires.
Repost 0
Published by Corso - dans Curiosités
commenter cet article
28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 09:33


Les éditeurs scolaires peuvent trembler, les partisans de la méthode syllabique, semi-globale ou globale se taire. Désormais, les enfants apprendront à lire avec les brochures des agences immobilières! Leurs parents ont choisi.

D'un format généralement à l'italienne, en quadrichromie, sur papier couché, roulables en cornet pouvant servir de longue-vue ou en boule pour jouer à la balle, ces nouveaux manuels gratuits sont renouvelés mensuellement à tous les coins de rues.

Exit Daniel & Valérie, Léo et Léa, Sami & Julie. Sous la houlette de Fred Ajans (quel drôle de nom!), nos chères petites têtes blondes apprendront vite à lire, même les lignes écrites en tout petit en bas des documents!

Révolutionnaire, cette méthode l'est à plus d'un titre:

Richement illustrée de photos et de dessins d'architectes diplômés, c'est d'abord un formidable imagier qui permettra aux enfants de se familiariser avec les différentes pièces de la maison et les espèces végétales de nos régions (arbres, bosquets, fleurs).

C'est aussi l'outil idéal pour apprendre les mathématiques car tout est volontairement très simplifié : surfaces en m2, calculs, conversion Euros/Francs... De là à les initier à l'économie, il n'y a qu'un pas à franchir allégrement tant l'explication des pourcentages et autres taux d'intérêts est vulgarisée.

Un bémol cependant; on peut reprocher à cette méthode quelques anglicismes comme SHON ou de trop fréquentes abréviations comme Expo E/O, VRD, FNR... 

Mais rassurez-vous, les maîtres sont suffisamment nombreux près de chez vous pour vous faire la leçon. Sur rendez-vous, bien entendu.





Repost 0
26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 20:52


A une époque où édition rime avec banalité, frilosité et rentabilité, un jeune éditeur nous démontre qu'il existe encore des David (ou plutôt des Dominik) face aux Goliath.
 
Passionné par l'oeuvre de Philippe Ebly (auteur des séries les Conquérants de l'Impossible, les Evadés du Temps et les Patrouilleurs de l'an 4003), Dominik Vallet vient en effet de créer les éditions Temps Impossibles et publie une remarquable première biographie de cet auteur de science-fiction dans la Bibliothèque Verte.
 
Il a rencontré l'auteur, bientôt agé de 87 ans, qui se livre à lui dans un passionnant entretien où il revient sur ses origines, sa formation, son écriture, ses rapports avec ses éditeurs et surtout son lectorat. On y découvre un Philippe Ebly tout en gentillesse et en attentions, mais surtout dôté d'une formidable imagination créatrice.
 
La seconde partie de l'ouvrage présente de manière très détaillée une analyse des séries, les personnages, les lieux des aventures, le tout complété de cartes, étude des traductions et des différentes couvertures ainsi que de nombreuses anecdotes.
 
On appréciera aussi la dernière partie de la biographie où il est fait mention des sites internet consacrés à l'auteur ainsi qu'aux moyens de retrouver ses ouvrages délaissés par Hachette.
 
Sans être jamais doctoral, ennuyeux ou complaisant, Dominik Vallet nous offre un ouvrage qu'on ne lache que pour se (re)plonger dans les livres de Philippe Ebly!
 
Mais, ce qui fait aussi la force de sa biographie, ce sont les témoignages de lecteurs tels que ceux d'Olivier Delcroix ou Christine Laffont qui démontrent la profonde humanité et humilité de Philippe Ebly.
 
Les anciens, nouveaux et futurs lecteurs de Philippe Ebly seront ravis d'apprendre que des inédits et des intégrales de leur auteur préféré sont en préparation chez Temps Impossibles.
 
Ce livre de 200 pages (ISBN : 978-2-9528567-0-6) est édité aux éditions Temps Impossibles au prix de 9 euros.
Plus d'informations sur le site:
http://www.tempsimpossible.com/destination.htm

(cet article est une reprise de mon texte publié sur le forum Livre d'enfants)

Repost 0